Les rats quittent le navire ??

Publié le par Little Némo

sauve qui peut !!sauve qui peut !!

sauve qui peut !!

Le prince Harry quitte l'armée britannique

Le prince Harry a annoncé mardi qu'il allait quitter l'armée britannique après dix années de service qui l'ont vu par deux fois combattre sur le front en Afghanistan.

C'est une page qui se tourne pour le fils de Lady Di. Le prince Harry, âgé de 30 ans, a déclaré que la décision de mettre fin à sa carrière militaire en juin prochain avait été "très difficile (à prendre) après dix années de service" mais qu'il avait désormais les yeux tournés vers le prochain chapitre de sa vie.

bruits de guerre et de bottes en Europe de l est .

L’encerclement de la Russie est bien formée, bien programmée par l’OTAN qui utilise les accords de paix de Minsk pour armer le continent européen ou pour l’occuper de ses troupes. En Pologne, en Allemagne, en Ukraine, en Lettonie, en Estonie, en Lituanie, les Etats-Unis envoient des troupes et des blindés. Les soldats US ont défilé par provocation à quelques mètres du poste de douane de Narva. L’envoi de véhicules blindés anglais avec des soldats anglais et américains est effectif en Ukraine.

le petit prince jette l éponge !!

Retour sur les événements récents.

1– Les États-unis et la Grande Bretagne veulent-ils vraiment une guerre totale ?

Il est très difficile de faire la part des choses tant les élites de ces pays semblent divisées en leur sein sur cette question. Au delà de la propagande anti-russe unanime et de la diabolisation de Vladimir Poutine, que d’aucuns qualifieront de bonne guerre, plusieurs groupes d’influences semblent pousser à l’embrasement du conflit. L’option d’une Ukraine neutralisée (finlandisée), pont entre l’Europe de l’Ouest vassalisée et la Russie, telle que la voudrait Zbigniew Brzezinski semble perdre du terrain. Nul doute qu’à Washington certains Think Tanks, animés par le désir de plaire à Wall Street et la City1, pourraient se résoudre au conflit.

Pour ce faire une idée du genre d’oiseaux qu’on y trouve, il suffit d’ailleurs d’écouter le général US à la retraite, Bob Scales, déclarer sur Fox news que la solution au problème ukrainien serait de tuer le plus de Russes possible.2 L’erreur du vieux dingo, à qui l’on a promptement demandé de la mettre en veilleuse, est probablement d’avoir dit tout haut ce que d’autres pensent bien fort.

Pour constituer un jugement, restent les faits. Et ils n’invitent pas à l’optimisme.

Dans les pays Baltes, l’OTAN déploie ses troupes. 3000 militaires américains3 doivent s’y installer, officiellement dans le cadre des exercices de l’OTAN Atlantic Resolve. 150 chars américains ont déjà débarqué en Lettonie4. L’Angleterre n’est pas en reste, Cameron ayant annoncé le renforcement de sa participation aux manœuvres de L’OTAN aux portes de la Russie5, et particulièrement dans les pays baltes. N’oublions pas aussi que la Lituanie a rétabli le service militaire obligatoire6, selon les vœux de sa très libérale présidente, ancienne pensionnaire de la Georgetown University, Dalia Grybauskaite, pour répondre aux volontés expansionnistes supposées de Moscou.

Il s’agit sûrement, là encore, de se défendre contre l’Iran7, n’est-ce pas ?

L’encerclement militaire s’étend aussi au sud ouest, les journaux roumains8 rapportant ce week-end de larges mouvements de troupes américaines sur leur sol , particulièrement l’acheminement par chemin de fer de tanks et véhicules blindés. (N’oublions pas la frontière commune entre la Roumanie et L’Ukraine.)

La Pologne organise, elle aussi, des exercices militaires afin de vérifier l’état de ses troupes dans l’éventualité d’un conflit imminent9.

L’OTAN manœuvre aussi en mer noire10 et y déploie des forces navales, face à Sébastopol. Le colonel américain Michael Foster a d’ailleurs déclaré qu’ainsi «d’ici la fin de l’été, vous pourriez très bien voir une opération qui s’étire de la Baltique jusqu’à la mer Noire.», ne semblant pas réaliser ce que cela peut signifier pour un Russe ayant un peu de mémoire historique11…

Pendant le même temps, le FMI finance sciemment l’achat d’armes12, déjà commandées par le régime de Kiev afin de reconstruire son arsenal, alors qu’il suffirait de contrôler dans quel budget va se déverser cet argent pour éviter la reprise des attaques sur l’Est du pays. L’armée de Kiev étant à l’heure actuelle parfaitement aux abois : les soldats mobilisés sont rentrés vaincus et en colère contre leurs dirigeants, si bien qu’à l’heure actuelle Poroshenko mobilise sur le front la police et les milices de la garde nationale13. Son armée ne possédait plus de blindés14, tous perdus durant l’offensive de l’hiver. Cette organisation montre ainsi une fois de plus, si besoin était, sa nature abjecte et son inféodation parfaite aux intérêts atlantistes.

Plus grave encore, la présence de soldats et de blindés Britanniques15 sur le territoire ukrainien, mais aussi de parachutistes américains16. Que se passerait-il s’ils tuaient des soldats Russes ? Où s’ils mourraient face à l’artillerie de Novorssiya ? Washington a par ailleurs promis à Kiev la livraison de drones et de véhicules blindés17. À quoi peuvent bien servir ces rassemblements de troupes ? Que dire à Moscou cette fois-ci ? Que ce n’est pas dirigé contre eux mais contre l’ISIS ?

Qu’a-t-on fait de la mise en garde de la Douma, qui n’a cessé de répéter que la présence de l’OTAN en Ukraine équivaudrait à une déclaration de guerre ? Tout semble indiquer que les combats vont reprendre en Ukraine.

2 – La Russie semble déterminée à ne pas céder.

Publié dans notre monde actuel

Commenter cet article